L'intelligence artificielle et le monde
(des RH) de demain

undraw modern professional yt9h 507x500 - L'intelligence artificielle et le monde (des RH) de demain 

Comme beaucoup d’entre vous, j’ai profité de ce confinement pour reprendre le temps de lire ! Parmi tous les articles de presse que j’ai récemment lu, un m’a particulièrement marqué avec un titre assez accrocheur « Covid-19: où est passée l’intelligence artificielle ?« 

En quelques mots l’article pose une question intéressante : comment se fait-il qu’une technologie décrite par certains comme étant l’avenir de l’humanité ne nous ait pas permis de surpasser cette crise ? N’est-ce pas encore le signe d’une innovation qui ne tient pas ses promesses ?

Loin de moi l’idée de vouloir apporter une réponse à une question si complexe. Pour autant j’aimerais vous donner mon avis sur ce qui, je pense, peut expliquer parfois certaines limites de l’intelligence artificielle dans son utilisation actuelle.  

 

Au moment où j’ai rejoint 365Talents en 2018, j’avais cette image de l’intelligence artificielle comme une technologie super puissante permettant de dépasser toutes les « faiblesses » de l’humain voir même de le remplacer. Deux ans plus tard, ma perception a beaucoup changé notamment sur un point qui je pense peut expliquer parfois certains faux espoirs placés dans l’intelligence artificielle : cette dernière a autant besoin de l’humain pour dépasser ses faiblesses et prendre toute sa puissance.

C’est en tout cas cette philosophie que nous tentons d’appliquer chez 365Talents en mettant à disposition de nos clients une intelligence artificielle boostée par l’humain. Quelques explications appliquées au monde des RH.

L’intelligence artificielle pour aller plus vite

J’ai toujours pensé que le rôle d’un RH ou d’un manager n’était pas de connaître par cœur toutes les compétences de ses collaborateurs. En effet comment demander à un RH d’avoir toujours en tête toutes les compétences de son périmètre alors qu’il/elle est souvent en charge de suivre plus de 150 collaborateurs dans les grandes entreprises. Comment demander à un manager de connaître en permanence toutes les compétences de son équipe alors qu’une grande partie de celles-ci se sont exprimées ou s’expriment en dehors du poste actuellement occupé par ses collaborateurs.

Non l’enjeu n’est pas là.

L’enjeu est plutôt que chaque RH ou manager ait les outils pour visualiser à tout moment en temps réel toutes les compétences présentes dans son périmètre et ainsi pouvoir les utiliser, les valoriser et s’assurer de leur développement.

C’est là que rentre en jeu la technologie : en analysant des millions de données, l’IA est capable d’identifier, d’extraire, de rapprocher des compétences et les restituer en temps réel aux managers et RH pour s’assurer ainsi de visualiser 100% des compétences détenues en interne.  Alors que construire un référentiel de compétences peut durer 6 mois s’il est fait manuellement, nous sommes capables grâce à l’IA d’aider nos clients à en construire un en 48h. Notre équipe Data Scientists a même calculé qu’une IA pouvait faire en une 1 heure ce qu’un humain mettrait 150 ans à faire. 

Cette rapidité est primordiale aujourd’hui dans un monde où tout bouge très vite. Les compétences sont comme des denrées rares qu’il faut identifier pour pouvoir les protéger et les cultiver afin qu’elles puissent répondre aux besoins actuels et surtout futurs. Là-dessus il n’y a pas de doute, l’intelligence artificielle est l’un des meilleurs outils pour y arriver.

L’humain pour aller plus loin

 Vous devez maintenant surement vous demander quel est intérêt d’une technologie si elle a besoin de l’humain pour fonctionner ? Effectivement l’idée ici n’est pas de dire que l’humain est un moteur pour l’IA mais plutôt un partenaire avec qui l’IA va avoir des interactions pour sans cesse s’améliorer.

Pour bien comprendre le contour de cette relation, il faut s’intéresser au processus de création d’une intelligence artificielle : si on veut qu’une IA soit capable de reconnaître un chien d’un chat, on ne va pas lui expliquer les caractéristiques des deux animaux mais lui montrer des millions photos de chiens et de chats.

Ensuite, l’objectif est que sur la base d’une nouvelle photo, l’intelligence artificielle reconnaisse si c’est un chien ou un chat. Si l’IA se trompe l’humain lui dit et on recommence ainsi de suite, jusqu’à ce que le nombre d’erreurs soit très faible. Une fois ce seuil atteint, l’IA est alors prête à reconnaître un chat ou un chien sur n’importe quelle photo, enfin presque…Cet apprentissage ayant été fait dans un contexte particulier. On n’est jamais à l’abri qu’un chat exotique ressemble globalement à un chien et que l’IA se trompe de nouveau.

Dans le monde des RH c’est un peu pareil, un chat exotique peut toujours se cacher quelque part. Par exemple même si du fait de ses expériences professionnelles et des compétences déjà détenues, un collaborateur a une très forte probabilité de détenir une certaine compétence, chez 365Talents nous allons toujours la lui suggérer pour avoir son avis car chaque parcours est unique et il n’y pas de modèles préétablis. Le collaborateur ne possède peut-être pas cette compétence. Dans le même sens, l’intelligence artificielle peut suggérer à un collaborateur une opportunité interne car elle correspond parfaitement à son niveau de séniorité et d’expertise. Pour autant si celle-ci se situe dans une ville ou le collaborateur ne souhaite pas se rendre, l’IA n’est sûrement pas au courant de cette contrainte. C’est là où l’interaction prend son  sens. L’IA va apprendre des retours collaborateurs pour sans cesse s’améliorer.

Vous l’avez compris, sans ce retour et ce tunnel conversationnel avec l’humain, l’IA peut vite devenir une technologie « froide » qui ne sait pas agir dans un contexte particulier et prendre en compte les spécificités et la complexité de l’humain. L’enjeu n’est donc pas de choisir entre l’humain ou l’intelligence artificielle mais plutôt de créer les conditions de cette “IA humaine” afin qu’elle puisse répondre aux défis actuels et futurs.